Publié par La Grande Famille

 

Première activité au vieux moulin pour ma pomme et j’appréhende légèrement. Normal c’est nouveau et je ne connais ni l’activité ni les enfants ni vraiment Flo, Valentine et Amélie avec qui je file sur l’autoroute en direction de Marseille pour vivre cette mini aventure le temps d’une après-midi.

Voila qu'’on arrive et je reste un peu perplexe devant le spectacle d’une voiture brulée ; désossée et retournée qui git sur le parking les roues en l’air comme si elle guettait les rares oiseaux que la pollution ambiante de Marseille n’a pas l’air de gêner. Premier coup d’œil ; les bâtiments du vieux moulin ont l’air délabré ; ca respire la pauvreté à plein nez ; quelques résidents sont groupés devant un local propre mais quasi vide. Ce décor est pauvre mais ca sent la vie ; le vrai. Ce qui me plait d’emblée c’est cette petite cage en ferraille qui abrite un petit oiseau posée sur le toit d’une vieille bagnole d’où s’ouvre une vue sur Marseille et sa Méditerranée . Cette image bucolique reste gravée dans ma mémoire, comme si ce me rappelait que la poésie se trouvait partout. Et surtout ca me détend ; je suis contente d’être là! Voila le vieux moulin ; on y est ; c’est parti !!

Difficile de ne pas se mettre rapidement dans le bain : on est tout de suite accueillies par des agents de quartiers et une animatrice du centre social, des enfants jouent au pilote au volant d’une autre vieille voiture désossée, cette fois-ci avec les roues au sol.

Il nous faut quelques minutes pour installer notre matos et nous voici sans que l’on s’en rende compte encerclées par les enfants du vieux moulin dans la petite salle prévue à cet effet. Elle est bien cette salle et les photos d’enfants aux larges sourires qui sont postés sur les murs de l’entrée donnent envie de s’approcher un peu plus à l’intérieur, comme si on allait percer le mystère de ce qui rend les gens heureux : peut être juste retrouver un peu de magie de l’enfance. Dommage que la lumière du jour ne puisse y rentrer : la voisine du dessus a bloqué les fenêtres de peur que les enfants dégomment son jardin.

Mais à vrai dire, on n’a pas besoin de soleil cet après-midi là pour que nos cœurs se réchauffent, le rire et l’enthousiasme des enfants suffisent à nous faire sourire !

Très vite les enfants s’assoient aux tables et nous bombardent de questions ; ca fait plaisir de voir combien ils ont hâte de suivre l’activité. Y en a même un qui me demandent combien de temps on reste et si aujourd’hui encore on fera de la peinture! Je crois qu'’ils sont contents qu’on soit la.

Alors au programme : argile et peinture. L’idée c’est que chacun sculpte un animal pour faire un grand cirque ou un zoo commun et puis chacun pourra emporter quelque chose chez lui aussi. Eh oui, à la désolation de certains, peindre ses petites créations ce sera pour la prochaine fois, une fois que l’argile aura sécher. Cette idée ne réjouit pas tout le monde. C’est qu'ils sont gourmands de couleur les enfants du vieux moulin et ils ont raison ; la vie en couleurs qui pêtent c’est bien plus rigolo. Heureusement pour les très tres gourmands de couleurs; les filles ont tout prévu et Flo annonce qu ’il y a de la peinture à l’eau Oh Oh Oh… Chacun peut donc faire ce qu'’il veut ; et c’est bien ainsi.

Bon allez, c’est l’heure de la distribution d’argile : dur d’attendre son tour !! Mais on en vient à bout et là c’est le délice : le délice de les voir commencer , discuter entre eux sur ce qu'ils vont créer et comment on fait ; et toi tu fais quoi ; moi je trouve qu'’une girafe c’est mieux ; mais je sais pas comment faire ;dis tu peux m’aider ; et blablabli et blablabla. «Dis madame j’sais pas faire, tu peux le faire toi ?’’

Certains ne sont pas trop à l’aise car l’argile c’est nouveau pour eux ; ces enfants n’ont pas du avoir beaucoup l’opportunité de tripoter de la pate à modeler ni même encore avoir été incités à laisser leur inspiration créer des objets. Est-ce par manque d’habitude ou par peur de mal faire que certains ne font rien d’autre que de regarder la boule d’argile qu'on leur a mis dans le creux de la main, ou est-ce simplement un peu des deux ? Je ne sais pas ; mais tout ce que je sais c’est qu'il suffit de leur montrer, de les rassurer et de leur donner confiance en eux pour qu'ils s’aventurent à rouler l’argile avec leurs paumes de main et à en faire des petites boules ou des petits saucissons d’argile.

Le temps file, ce n’est pas l’enthousiasme des enfants qui manque : dès qu'’ils finissent quelque chose ils veulent passer à autre chose ou en redemandent encore. Ils ne perdent pas une seconde et notre cirque grossit à vue d’oeil : on a déjà des chiens, girafes, poussins, serpents , chats, tortues. J’aime lire la satisfaction ou la fierté qui se dessine sur leurs visages quand ils déposent leurs créations au milieu des autres dans le bac que l’on ramènera au local le temps qu'elles sèchent. Ca papote ; ca en fout partout ; ca rigole ; ca crie un peu ; ca se chamaille ; ca redemande de l’argile , ca veut peindre ; ce veut faire moi aussi un serpent ; et quand est ce qu’on les peint ?? Alpaguée et inspirée par l’énergie débordante des uns et par les autres, je ne vois pas le temps défiler quand 4 heures et demie arrive ; et alors je ne sais si c’est l’heure du gouter ou si c’est purement le hasard mais soudainement la salle est désertée comme un champ de bataille en fin de guerre.

Je crois qu'il n'y a pas un enfant qui m’ait demandé quand on allait les peindre avant de partir ! La salle est vide mais c’est comme si elle vivait encore ; y’a de l’argile collé aux tables et des dessins remplis à ras bord de leur feuilles de partout. J’entends encore les rires des enfants et leurs bavardages dans mes oreilles ! Faut dire qu'ils sont plutôt actifs et impossibles à tenir en place ces enfants-là : de la vie y en a et côté expression orale ca va ; on dirait qu'’ils connaissent bien ! Je crois qu'il n'y a pas eu dix secondes de silence cet après-midi là et c’est bien comme ca ; c’est pour qu'ils s’amusent qu'on est venues et moi en tout cas ca m’a fait vraiment plaisir de passer ce temps avec eux. Apres un joli coucher de soleil à essayer de capter le fameux rayon vert avec les filles, on repart le ventre rempli de couscous de Farid (enfin de sa femme) et de thé à la menthe et c’est à bord du grand camion bleu de la Grande Famille qu,  comme d’habitude, réclame qu'on lui tourne six fois la clef avant de démarrer qu’on retourne sur le pays Aixois!

C’était bien et je suis pressée d’y retourner. Merci la Grande Famille ; merci les filles ; merci les enfants !!

C’est quand qu’on y retourne ; dis ??? C’est qu'on a un zoo à colorer maint’nant !!

 

Nina

(PHOTOS)

Commenter cet article

Tina 08/01/2012 19:28


Merci Christine d'être venue voir leur blog et d'avoir laissé un commentaire ! Bisous

christhummm 07/01/2012 17:07


je serai bien venue mettre la main à la pâte, enfin à l'argile plutôt ;-)


j'ai été voir les photos, ils se sont super bien débrouillés ! bravo !